Images Images Images Images Images Images Images Images
 

L’héroine

ATTENTION PRODUIT ILLICITE

L’héroine c’est quoi ?

L’héroïne est un opiacé puissant, obtenu par synthèse à partir de la morphine, extraite du pavot. La morphine est le médicament le plus actif contre la douleur. Il arrive que ce médicament soit détourné, avec les mêmes dangers que ceux de l’héroïne.

L’héroïne se présente sous la forme d’une poudre ou de granulés à écraser. Longtemps injectée par voie intraveineuse, l’héroïne peut être aussi prisée (sniffée) ou fumée.

Les effets et dangers de l’héroine

L’héroïne provoque très rapidement un apaisement, une euphorie et une sensation d’extase. Cet effet immédiat de plaisir intense est suivi d’une sensation de somnolence, accompagnée parfois de nausées, de vertiges et d’un ralentissement du rythme cardiaque. L’héroïne agit ponctuellement comme anxiolytique puissant et comme antidépresseur. Quand l’usage se répète, la tolérance au produit s’installe et le plaisir intense des premières consommations diminue. En quelques semaines, le consommateur ressent le besoin d’augmenter la quantité et la fréquence des prises. La vie quotidienne tourne autour de la consommation du produit. La dépendance s’installe rapidement dans la majorité des cas. L’héroïnomane oscille alors entre des états de soulagement euphoriques (lorsqu’il est sous l’effet de l’héroïne) et des états de manque qui provoquent anxiété et agitation. La dépendance à l’héroïne entraîne presque toujours des risques importants de marginalisation sociale. Des troubles apparaissent très vite, dont l’anorexie et l’insomnie.

Quel que soit le mode de prise (cigarette, sniff, injection), la consommation d’héroïne peut favoriser les rapports sexuels non protégés, et donc les risques de transmission du VIH/sida, de l’hépatite B et d’autres infections sexuellement transmissibles, comme la syphilis. D’autre part, la pratique de l’injection expose à des infections locales (abcès) lorsqu’une bonne hygiène n’est pas respectée. Surtout, le partage ou la réutilisation de la seringue et la mise en commun du petit matériel d’injection (coton, tampon d’alcool, eau stérile) exposent à un risque élevé d’être contaminé par le virus du sida (VIH) et/ou de l’hépatite C.

C’est pour enrayer le phénomène de contamination qu’a été mise en place à partir de 1987 une politique de réduction des risques.

Voir en ligne : source de la MILDT

 
 
Mentions légales  | Suivre la vie du site Flux RSS  | Plan du site  | Espace privé
 

Nous contacter
Siège
94 rue Labadie
13300 Salon de Provence
Tél. : 04 90 56 78 89

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
56 hier
132317 depuis le début

Posez-nous votre question